La Générosité

Preuve supplémentaire, s’il en fallait une, que la Belgique, qui fut autrefois un petit paradis terrestre, troisième puissance industrielle mondiale en 1900, devient rapidement un enfer pour le plus grand nombre d’entre nous… c’est évidemment intolérable.

Dans les années 80, j’avais fait un peu de politique au sein de l’UDRT, immédiatement qualifiée de parti de fascistes-nazis par les libéraux de Jean Gol qui sentait très bien la menace pour son grand MR…

Rien n’aura été épargné à l’UDRT… un torrent de boue, d’ordures déversées à foison sur notre jeune parti encore bien fragile… des attaques honteuses, des calomnies, des insultes déplacées m’ont rapidement convaincu de changer d’air… ce n’était plus que de la haine et je n’aime pas la haine… je ne hais pas mes ennemis, je les tue.

J’aurais parfaitement pu faire une carrière politique mais certainement pas dans le système démocrasseux que nous connaissons actuellement… je ne suis pas un démocrate, je suis un dictateur éclairé…

Je l’ai toujours été dans mes affaires… je peux vous garantir que si la Belgique avait été gérée par un véritable chef d’entreprise, elle ne serait pas dans la situation désastreuse où elle se trouve aujourd’hui.

Malgré mon grand âge qui m’interdit dorénavant une quelconque ambition politique, je vous préparerai un billet technique qui résumerait mes premières mesures urgentes pour éviter à ce pays la proche catastrophe qui se prépare d’évidence…

Cela fera bien évidemment sourire, rire, se gausser, la bande d’imbéciles qui nous gouvernent avec un souverain mépris dédaigneux… je m’en fiche… leurs avis orientés ne m’intéressent pas… ce qui m’intéresserait infiniment plus serait le débat potentiel citoyen qu’il pourrait susciter sur nos murs favoris dans Facebook.

Je ne vous promets pas ce billet plus technique pour les prochaines semaines mais il viendra un jour… je désire le polir calmement, sereinement, certainement pas dans l’urgence…

‘Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage… vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage… polissez le sans cesse et le repolissez… ajoutez quelquefois, et souvent effacez’… (L’Art Poétique. Nicolas Boileau)

Cette vieille barbe de Boileau n’avait pas tort… ‘Avant donc que d’écrire, apprenez à penser’… Si vous ne pensez rien, soyez assez aimable que de ne rien écrire et même de vous taire…

Quand on n’a rien à dire, il faudrait surtout apprendre à se taire… la cacophonie des avis inutiles, accessoires, banals, sans    intérêt, trop  intéressés, épiciers, mercantiles, nuisent à la gestion efficace d’un pays.

La démocratie complique tout… elle favorise ce foisonnement des sujets de diversions qui épuisent les meilleures bonnes volontés… elle paralyse les décisions, même les plus évidentes… elle impose des lenteurs suicidaires… elle empêche toute concentration sur les grands problèmes de l’heure qui restent donc éternellement en suspens.

(*article initialement publié sur Facebook le 21-04-2017)

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer